Entre la formation en présentiel et la formation à distance : choisissez plutôt le blended learning

De plus en plus d’entreprises mettent en place des formations en e-learning (apprentissage en ligne). C’est-à-dire la formation à distance par l’utilisation de supports numériques. Cette forme d‘apprentissage suis la logique « ATAWAD : Any Time Any Where Any Devise ». On présente souvent le e-learning comme étant une solution révolutionnaire, comprenant de nombreux avantages. Cependant, présenter le e-learning de cette façon est pour le moins utopiste.

Les limites du e-learning :

En effet, cette nouvelle manière de pratiquer les formations comporte quelques problèmes. Lors d’une formation en e-learning, l’apprenant se retrouve inévitablement seul face à son écran. Cela demande une grande motivation de la part de l’utilisateur, il lui faut alors se fixer une certaine discipline pour ne pas abandonner sa formation.
De plus, tout comme la vie professionnelle, les formations en ligne sont pour le moins chronophages, puisqu’elles requièrent du temps et de la disponibilité. En essayant de concilier les deux, le salarié peut vite se retrouver submergé face à la charge de travail demandé.
Cette idée nous amène au point suivant : trop peu d’apprenants termine leur formation à distance. Pour vous donner une idée, sur plus de 10 millions d’utilisateurs inscrits à différents MOOC, seulement 10% d’entre eux décrochent la certification (1).
La fraude est aussi beaucoup plus facile à réaliser à distance qu’en présentiel. Il n’y a aucun moyen de vérifier l’identité de la personne présente derrière l’écran. Il peut très bien s’agir d’une personne tierce qui passe l’évaluation à la place de l’apprenant. D’autre part, l’apprenant peut tout aussi bien démarrer le module de e-learning sans pour autant y prêter attention ou bien en faisant autre chose. Le formateur n’a finalement que peu de moyen de vérifier l’acquisition de connaissances par l’apprenant.
Enfin, les formations en ligne demandent de la part de l’utilisateur un minimum de connaissance des outils informatiques et d’internet, sans quoi il lui est difficile d’accéder au module.
Vous l’aurez compris, si le e-learning présente bien des avantages, ce n’est pas non plus la solution miracle. Pour autant, il ne s’agit pas d’être totalement réfractaire à ce nouveau mode de formation. Une bonne pratique peut être de mettre en place un mode d’apprentissage mixte, aussi appelé blended learning qui va consister à mêler e-learning et formation en présentiel.

cible

Comment mener à bien sa stratégie de blended learning ?

Aujourd’hui, près de 60 % des entreprises proposent des formations alliant présentiel et formation à distance (2). Le tuteur est toujours le second facteur le plus important en formation pour motiver les apprenants. Le premier facteur étant le contenu en lui-même proposé par la formation.
En matière de blended learning il n’existe pas de stratégie unique, parfaitement adaptée à tous les types de formations. Cela dépend de la taille de votre entreprise, de son domaine d’application et des projets pédagogiques que vous souhaitez transmettre à vos salariés.
Michael B. Horn à identifier les 4 modes d’apprentissage les plus courants en blended learning :
  • 🔄 Le modèle de rotation : consiste à mettre en place plusieurs activités de formations, dont au moins une de manière digitale. Les apprenants vont ainsi passer d’une activité à l’autre au cours de la séance. Cela laisse par exemple la possibilité au formateur de travailler avec de petits groupes d’apprenants. Pendant ce temps, les autres personnes suivent de manière autonome un module en e-learning.
  • 📲 Le modèle flexible : mets en avant l’autoformation et la formation en ligne. L’apprenant dispose de l’ensemble des outils nécessaires pour acquérir les informations. Et le formateur reste présent pour répondre aux questions des apprenants si besoin. Ce modèle est très efficace pour former un grand groupe d’apprenants.
  • 👨‍💻 Le modèle à la carte : dispense un enseignement essentiellement en ligne. L’apprenant va choisir lui-même les cours auxquels il veut participer pour compléter ou approfondir une formation par exemple. Cependant, un soutien en ligne doit obligatoirement être mis à la disposition de l’apprenant par le biais d’un forum, de Skype ou autre.
  • ➕ Le modèle enrichi : fonctionne majoritairement en présentiel. L’enseignement est complété par des module en ligne pour permettre à l’apprenant d’en apprendre davantage sur le sujet.

Pour la mise en place d’une formation en apprentissage mixte, l’une bonne pratique peut être de laisser le temps à l’apprenant d’assimiler les principes théoriques de manière autonome avec des modules en e-learning. Et par la suite, de  tester et mettre en pratique les connaissances de la personne lors de formation en présentiel. L’avantage étant que les apprenants ont la possibilité d’apprendre les contenus pédagogiques à leur rythme. Lors de la formation en présentiel, le formateur peut ainsi proposer des exercices plus ludiques et répondre plus facilement aux interrogations des apprenants.

(1) chiffres issus du rapport réalisé par France Stratégie intitulé : « MOOC, l’âge de maturité ? Modèles économiques et évolutions pédagogiques » publié en février 2016.
(2) chiffres issus du rapport réalisé par l’ISTF intitulé : « Les chiffres 2018 du digital learning« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *